La campagne #ImNoAngel de Lane Bryant nous montre des femmes « imparfaites » et sexy!

La compagnie de vêtements pour femmes Lane Bryant lance la ligne de lingerie Cacique, destinée aux femmes taille plus, et le fait en grand. La campagne publicitaire de Cacique est une initiative pour célébrer les femmes de toutes tailles et de toutes formes. Lane Bryant tente de redéfinir les standards de beauté en proclamant haut et fort que toutes les femmes sont sexy, avec le hashtag #ImNoAngel, faisant clairement référence aux « anges » de Victoria’s Secret qui ont rendues jalouses plus d’une femme au cours des années et des nombreux défilés. La campagne réutilise des thèmes jusqu’à maintenant propres à Victoria’s Secret, comme le fait de mettre les mannequins de l’avant en les présentant par leur nom et en montrant leur personnalité. Victoria’s Secret n’a bien sur pas émis de commentaire sur la campagne.

Ashley Graham fait partie du groupe de mannequins, elle qui est déjà connue pour avoir fait la couverture du Elle Québec et du Sports Illustrated l’été passé, ainsi que pour être l’ambassadrice d’Adition Elle et de Swimsuits For All.

Un des messages le plus fort de la campagne est selon moi le changement de perception qui est invoqué : une femme est-elle sexy pour plaire à un homme, ou pour se plaire à elle-même? Lane Bryant envoie le message que les femmes peuvent se sentir sexy pour leur propre plaisir et non pour celui des autres. Un autre accomplissement, celui de faire une campagne taille plus sans mentionner le mot « plus ». Certaines femmes sont à l’aise avec ce terme, d’autres non, et le but de Lane Bryant est de montrer que le port de sous-vêtements affriolants n’est pas réservé à une catégorie de femmes en particulier. Toutes les femmes peuvent s’aimer et s’accepter telles qu’elles sont, peu importe leur gabarit. Si on prend en considération que la femme américaine moyenne porte du 14 ans et qu’Ashley Graham porte aussi du 14 ans, cela ferait d’elle une femme dans la « norme » et non d’une femme taille « plus », et c’est ce que Lane Bryant met de l’avant.

11504134

lanebryantimnoangel_1

Malgré plusieurs applaudissements et acclamations, la campagne publicitaire a aussi semé beaucoup de controverse auprès de la clientèle taille plus. C’est que, voyez vous, bien qu’il soit exceptionnel de voir des mannequins avec des formes être représentées dans les médias (il y a à peine 20 ans, le style heroine chic battait son plein), on remarque que ce sont souvent les même types de corps qui sont suggérés comme opposition aux mannequins maigres : des femmes qui ont des formes, certes, qui portent une taille 16, peut-être, mais qui n’ont pas de surplus de poids au ventre, pas de cellulite, pas de vergetures, etc. On a donc droit à un deuxième modèle de beauté unique pour contrer le premier. On encourage la diversité en la mettant dans un moule.

Il faut aussi faire attention de ne pas remplacer le fat-shaming par le skinny-shaming, qui est tout aussi nocif pour la santé mentale et physique des femmes. L’écrivaine Amanda Dobbins a justement publié une photo d’elle portant les sous-vêtements Lane Bryant pour dénoncer la campagne qui ne montre que des femmes taille plus plutôt « bien » proportionnées, ne se sentant pas représentée par ce genre de publicité.

2798EEE900000578-3040499-image-a-34_1429123047120

Que pensez-vous de cette campagne? Faites-vous partie des détracteurs, ou trouvez-vous plutôt que nous avons besoin de plus d’initiatives de ce genre?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :