La minute féminisss: Ou pourquoi nous sommes ni petites, ni bourgeoises, ni putes, ni soumises…

Royal Wedding - The Newlyweds Greet Wellwishers From The Buckingham Palace Balcony

Des fois, moi aussi je suis tannée de m’entendre chialer…

Voilà, le rideau est levé, le secret, dévoilé. Le ô combien original nom du blogue, NI PETITES NI BOURGEOISES, provient d’une appropriation d’un groupe féministe français appelé NI PUTES, NI SOUMISES (NPNS). Maintenant que le sujet est lancé, voici ce que le présent article ne sera pas: un hommage à NPNS, le coming out de nos ferveurs violentes féministes, une dénonciation de l’industrie de la mode/produits de beauté/régimes minceur/l’apologie du Girl Power/un fuck you au visage des gars. Non. Je suis en vac’ et je n’en ai pas l’énergie.

Par ailleurs, et pour rendre le tout intéressant, je vous propose une petite présentation de NPNS, ce groupe de femmes qui a largement inspiré nos soirées de filles au secondaire (oh oui, à 14 ans, on était progressistes de même…). Aussi, je veux mettre quelques points sur les «i» concernant mes propos et la ligne éditoriale du blogue pour éviter que certains d’entre vous ne crient à la contradiction. Voilà!

Donc, NPNS soufflait ses 10 bougies en avril dernier. Le mouvement a vu le jour en France pour faire hurler la rage des femmes contre le meurtre de Sohane, jeune femme brûlée vive par son copain dans un des quartiers cosmopolites de Paris. La cause était noble. Comment peut-on tolérer ce genre d’histoires sordides digne de récits obscurs moyenâgeux? C’est dégueulasse et ça fait mentir les Carla Bruni de ce monde qui croient que le féminisme n’est plus trop trop dans le vent…

Pour ces militantes, la décennie s’est déroulée à saveur de manifs certes, mais aussi de débats houleux. On les accuse entre autres d’opportunisme quant à la surmédiatisation de l’organisme et de racisme/sexisme par rapport aux hommes arabes. Pour ce qui est de la surmédiatisation, je dis S’IL VOUS PLAÎT. Je crois que si on veut qu’un message passe, il faut qu’on en parle et profiter pleinement de la vague qui nous est offerte pour le faire. À condition d’en faire bon usage, bien entendu. Néanmoins, quelque chose me chicotte dans leur affaire. Je suis looooooiiiiinnnnn d’être experte dans la cause médiatique et encore moins dans celle du féminisme. Je trouve par contre que des groupes comme NPNS ou Femen apporte une certaine marchandisation/commercialisation du féminisme. Et là, le bas de laine de la petite Québécoise blesse. Ça revient à vendre une idéologie et on sait tous trèèès bien où ça nous a mené… Enfin bref!

Second point (ATTENTION, c’est à prendre avec un grain de sel et beaucoup d’humour poche): le féminisme n’est PAS CONTRE les hommes. C’est un peu réducteur des girls de NPNS que de démoniser leurs confrères arabes. Ce n’est PAS TOUS ces gars qui brûlent leur copine, comme ce n’est pas TOUS les occidentaux qui se grattent candidement l’entre-jambe dans l’attente d’une bière de la main de leur douce. Est-ce qu’on peut se respecter l’un et l’autre sans chercher de midi à quatorze heures nos tâches/rôles/métiers/places dans la société par rapport à notre sexe? C’est tellement plus simple de ne pas se creuser le collimateur pour des prunes et lire notre blogue à la place…

ENFIN (j’achève, je vous le jure)! Que j’en vois un rouspéter contre le fait que l’on montre des images de poupounes en bikini et que l’on prône des produits de maquillage tout en se proclamant «féministes» et que de ce fait, on serait de belles hypocrites. On se calme.

Notre but n’est pas de promouvoir une esthétique plastique chez nos lectrices (et/ou nos lecteurs) par nos articles et le tout dans le but de plaire au Radio Lounge de Brossard (pour vrai, on trouve que c’est tellement mieux de cruiser au Saint-Sulpice si vous voulez notre mon avis). Tous les trucs/conseils/produits ne sont jamais recommandés dans l’optique de plaire. C’est pour se sentir bien avec soi-même et se faire plaisir à soi-même (voilà, c’est la partie un peu quétaine de l’article, mais n’empêche que c’est vrai).

La morale de cet article peut-être un peu trop long? J’aime me mettre du rouge à lèvres, mais ça ne veut pas dire que j’entretiens une haine viscérale envers les hommes, au contraire…

Pour en savoir plus sur NPNS et sur le guide qui a bercé nos folles nuits d’adolescentes…

Par Ariane

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :